Si vous habitez la rive-sud de Québec, tout spécialement dans le secteur des Chutes-de-la-Chaudière, vous avez sûrement déjà senti les odeurs nauséabondes de purin, en provenance de la Beauce.

Voici comment le gouvernement du Québec décrit la situation qui a cours chez nos voisins beaucerons:

«En ce qui concerne les productions animales de la région Chaudière-Appalaches, la MRC de la Beauce est celle où il y a la plus forte concentration d’élevages.

On y retrouve plus de 35 % du cheptel porcin, près de 70 % des poules pondeuses et près de 50 % des poulets de la région de Chaudière-Appalaches. Les revenus principaux les plus fréquents proviennent de la production laitière (250 fermes), du porc (248 fermes), des bovins de boucherie (81 fermes) et du poulet (26 fermes).

Le cheptel laitier est en baisse constante depuis 1981. Le cheptel porcin est en augmentation. Le nombre de vaches de boucherie connaît une bonne croissance depuis 1991, mais le nombre de bouvillons semble se stabiliser après une baisse au début des années 1990.»

La ville de Ste-Marie compte environ 11k habitants et se voit en quelque sorte encerclée par des producteurs de porcs ce qui signifie qu’elle est envahie, de manière plus intense qu’ailleurs par les odeurs de purin.

Il n’y a aucun doute que les odeurs de purin dérangent et provoquent de vives réactions auprès de la population de Ste-Marie. C’est probablement, en partie, ce qui explique pourquoi l’industrie touristiques ne s’est jamais vraiment développée en Beauce car, soyons francs, qui voudrait passer ses vacances dans ce qui s’apparente à une immense fosse à purin.

L’agriculture ne cause habituellement pas de désagréments de cette ampleur mais voilà, en Beauce comme ailleurs dans le monde, l’agriculture s’est transformée en industrie, avec l’augmentation exponentielle des désagréments que ça suppose.

Les producteurs de porcs et les élus de la municipalité de Ste-Marie ont tenté de s’attaquer au dossier mais si l’on se fie aux odeurs fétides qui font leur chemin jusque sur la rive-sud de Québec (et à Québec, aussi), leurs efforts n’ont pas encore porté fruit.

Il faut savoir que la pluie aide à neutraliser rapidement les odeurs et l’installation de rampes d’épandage (aussi basses que possible) aide à diminuer les odeurs de 50% et même jusqu’à 75%, selon les conditions climatiques. Il existe aussi un pacte d’épandage qui vise à épargner, lorsque c’est possible, les résidents de Ste-Marie mais ça n’a pas beaucoup d’impact sur les autres localités avoisinantes (le vent finit toujours par aller quelque part).

Les citoyens habitant la région de Chaudière-Appalaches seront intéressés de savoir que leur région accueille, en Beauce, 802 producteurs porcins pour un cheptel de 1,196,835 porcs.

Tags: porcs, production porcine, beauce, chaudière-appalaches, québec, ste-foy, ste-marie, beaucerons, agriculture, agriculture industrielle, odeurs, purin, épandage, rampes d’épandage, monde municipal

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il-vous-plaît, entrez votre nom ici