Il semble que l’hiver soit la seule saison où il n’y ait aucun feu dans les cour arrières des différents quartiers de Lévis.

Au printemps, en été et en automne, il y a souvent au moins un “voisin” rapproché ou non qui décide d’allumer un feu dans sa cour arrière, au grand de tous les autres résidents du quartier qui doivent endurer la fumée émise par ce feu illégal.

Si ce n’était que de belles buches de chêne ou d’érable qui brûlaient le temps d’une chanson accompagnée de guitare, entre 19h30 et 21h00 les soirs de la St-Jean-Baptiste ou de la Fête du Canada, ce serait relativement tolérable mais voilà, plusieurs de ces feu sont allumés pour brûler tout ce qui tombe sous la main de ceux qui les ont justement allumé.

Ainsi, tout y passe. Du bois, certes mais aussi des plastiques, des métaux et dans les pires cas, des composants électroniques contenant certains des pires poisons pour l’homme (et la faune… et la flore) qui soit 1) partiront en fumée ultra-toxique ou 2) s’infiltreront dans le sol pour contaminer les lieux et même, les sources d’eau.

Il se trouve encore des gens qui croient que le fait de brûler du plastique n’a pas d’incidence sur la santé. C’est incroyable et pourtant, c’est vrai! Les produits d’utilisation courante portant l’un des notices suivantes, plus que tous les autres, ne doivent JAMAIS être brûlée dans un feu de cour arrière:

  • ExplosifEXPLOSIF
    Le contenant peut exploser s’il est chauffé ou perforé. Des éclats de métal ou de plastique provenant du contenant peuvent causer des blessures graves, surtout aux yeux.
  • CorrosifCORROSIF
    Le produit peut brûler la peau ou les yeux. S’il est avalé, il causera des blessures à la gorge et à l’estomac.
  • InflammableINFLAMMABLE
    Le produit ou les vapeurs qu’il dégage peuvent s’enflammer facilement s’ils sont près d’une source de chaleur, de flammes ou d’étincelles. Un chiffon imbibé du produit peut s’enflammer sans être en contact avec une flamme nue.
  • PoisonPOISON
    Si le produit est ingéré, léché, ou dans certains cas, respiré, il peut provoquer des blessures graves ou la mort.

Tout individu respectueux de ses voisins sait qu’il suffit de jeter ses rebuts à la poubelle pour que ceux-ci soient correctement gérés, sauf dans le cas des articles recyclages, compostables ou dangereux qui, eux, doivent être traités en conséquence.

Brûler du bois ou toute autre matière, toxique ou non, a des incidences sur la vie de quartier. Les voisins doivent fermer toutes leurs fenêtres, ne peuvent plus jouir pleinement de leur terrasse ou de leur piscine, les enfants doivent rentrer dans la maison et ainsi de suite. Les feux de cour arrière causent une myriade de désagréments plus ou moins visibles pour le caprice d’un voisin “pro-feux” qui de toute évidence, n’a pas de respect pour ceux qui partagent le même environnement.

Ainsi, lorsqu’un voisin fait un feu illégal dans sa cour arrière et que la chose vous incommode, contactez le service de police de la ville de Lévis pour une intervention qui ira du simple avertissement à l’amende en cas de récidive. Dans tous les cas, le feu illégal devra immédiatement être éteint.

Les citoyens n’ont pas à tolérer les feux des voisins inconsidérés, en milieu urbain ou rural.

Tags: feux, feux urbains, feux ruraux, feu, cour arrière, feu de cour arrière, feu d’un voisin, faire brûler du plastique, feu bois, feu plastique, feu toxique, fumée toxique, toxines, composés volatils, police, règles municipales, feux illégaux, feu illégal, vie de quartier, air frais, air pur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il-vous-plaît, entrez votre nom ici