À l’émission Tout le monde en parle (TLMEP), diffusé sur les ondes de Radio-Canada, le 16 mars 2014, en pleine campagne électorale, le chef caquiste François Legault a parlé du potentiel pétrolier de l’Île-d’Anticosti.

francois-legault-a-tlmep-mars-2014

Ce coin du Québec est largement méconnu des Québécois parce que dans les faits, c’est un havre touristique pour les chasseurs et les pêcheurs qui est géré à la manière d’un club sélect où il faut être assez riche pour y aller.

Anticosti est tellement mal mise en marché au plan touristique, pour 99% des Québécois, qu’il ne faut pas se surprendre qu’autant de monde feigne l’indifférence lorsque vient le temps de défendre le cadre environnemental presque parfait de cette immense île.

Au fond, lorsque François Legault a parlé aux Québécois, à l’émission TLMEP, il a mis l’accent sur le 45 milliards de dollars de valeur pétrolière qui pourrait se trouver à Anticosti. Et ce chiffre, selon François Legault, est un “chiffre pessimiste”. Rien de moins!

Pas trop de soucis à propos de l’impact qu’aurait une exploitation pétrolière sur l’environnement de l’île mais au fond, ça n’intéresse pas grand monde parce qu’un nombre minime de Québécois peuvent rêver, un jour, d’avoir les moyens d’aller passer une semaine sur cette île dite paradisiaque qui fait le bonheur des touristiques américains qui, eux, en ont les moyens.

Alors tant qu’à ne rien retirer de cette île, aussi bien laisser des exploitants pétroliers s’en donner à cœur-joie dans le schiste pour y puiser des hydrocarbures. Non? Après tout, personne faisant partie du 99% de la population québécoise ne verra jamais Anticosti de ses propres yeux alors s’il y a un coin du Québec à sacrifier (pour payer notre dette publique), aussi bien que ce soit là!

Il n’y a que 240 âmes, sur l’Île-d’Anticosti. François Legault a déclaré qu’ils étaient TOUS EN ACCORD avec le projet d’exploitation des réserves de pétrole de schiste d’Anticosti alors pourquoi s’en faire avec l’industrialisation et la pollution extrême qui pourraient y avoir cours, pendant quelques décennies?

Voilà une bonne question à réfléchir mais voilà, il semblerait que les 240 habitants de l’Île-d’Anticosti n’étaient pas tout aussi d’accord avec l’exploitation du pétrole de schiste que François Legault, chef réélu de la CAQ, l’a prétendu.

Voici d’ailleurs une copie de la réponse de quelques résidents d’Anticosti…

COMMUNIQUÉ — Pour diffusion immédiate

Anticosti, joyau naturel du patrimoine québécois

Port-Menier, Anticosti, le 20 mars 2014 – Suite à la déclaration de François Legault, à l’émission Tout le monde en parle du dimanche 16 mars dernier, selon laquelle tous les Anticostien(ne)s sont pour le pétrole, une idée également véhiculée par d’autres chefs de parti et leurs député(e)s ou candidat(e)s, nous désirons informer les Québécois(es) que cette affirmation est fausse et insultante. Soyez certains qu’il n’y a pas seulement deux chevreuils qui s’opposent à la venue de cette industrie non durable sur Anticosti. La très grande majorité d’Anticostien(ne)s croit que leur avenir durable, et celui des Québécois(e)s d’ailleurs, ne passe pas par l’industrie pétrolière. Ils et elles ont l’impression que seuls les intérêts des pétrolières et de leurs actionnaires ont été respectés.

Nous, Anticostien(ne)s, désirons vous informer qu’à aucun moment nous n’avons été consulté(e)s, de quelle que façon que ce soit, au sujet des visées pétrolières sur l’île d’Anticosti, ni par le gouvernement du Québec ni par le conseil municipal. À notre connaissance, aucune étude n’a été faite ou publiée sur les effets de l’exploration du pétrole de schiste par fracturation hydraulique sur notre santé, notre économie, notre environnement, nos activités économiques principales (tourisme, chasse et pêche), nos transports, nos infrastructures (dépotoir, aéroport, quai), etc. Personne ne nous a présenté les risques que nous encourons, les dangers connus ou les bienfaits de la fracturation.

Nous n’avons jamais officiellement donné ou refusé notre accord à ce que de tels travaux soient faits sur l’île d’Anticosti. À aucun moment le gouvernement du Québec ne nous a rencontrés pour nous expliquer pourquoi Anticosti ne fait pas partie du moratoire sur la fracturation hydraulique ou pourquoi avoir modifié le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection pour permettre la fracturation à 400 mètres sous la nappe phréatique.

Les enjeux sont grands pour les QuébécoisEs et encore plus pour les Anticostien(ne)s. Nous voulons que notre parole soit entendue et que le BAPE tienne une audience publique avant l’exploration.

Source: résident(e)s d’Anticosti

  1. Rémi Bond
  2. Krystel Bossé
  3. Lise Bossé
  4. Réjean Bouchard
  5. Lise Boudoul
  6. Claude Boudreault
  7. Isabelle Cantin-Lortie
  8. Michel Charlebois
  9. Bianca Chénard
  10. France Cloutier
  11. Denise Collin
  12. Shawna Doucet
  13. Linda Dresdell
  14. Martine Dugas
  15. Marie-Josée Hélie
  16. Jean-Guy Joubert
  17. Joshua Joubert
  18. Françoise Labranche
  19. Caroline Laflamme
  20. Marc Lafrance
  21. Martin Larivée
  22. Gérard Lelièvre
  23. Solange Lelièvre
  24. France Léveillée
  25. Micheline Léveillée
  26. Andrée Malouin
  27. Florent Malouin
  28. Kim Malouin
  29. Nick Malouin
  30. Jean-Marc Martin
  31. Yves Martin
  32. Frédéric Michaud
  33. Sonia Michaud
  34. Gaétane Noël
  35. André Olivier
  36. Josée Périard
  37. Éric Perrault
  38. Gilles Perron
  39. John Pineault
  40. France Plamondon
  41. Bertrand Poulin
  42. Hervé Poulin
  43. Jacinthe Poulin
  44. Mélanie Poulin
  45. Yan Poulin
  46. Jacques Royer
  47. Keven Touzel
  48. Wendy Tremblay

Au moins, on sait maintenant que ces 48 résidents d’Anticosti n’ont pas été consultés par François Legault avant sa déclaration à TLMEP.

Ces citoyens ne sont pas nécessairement contre le développement pétrolier mais s’ils étaient consultés, ils exigeraient des explications. Encore là, on est loin de la déclaration de François Legault où il dépeignait les Anticostiens comme hétérogènes et unilatéralement favorables à l’exploitation pétrolière.

ile-d-anticosti-dans-le-golfe-du-st-laurent

Mais ça ne s’arrête pas là parce que le Marc Durant, docteur et ingénieur en géologie appliquée et professeur retraité au département des Sciences de la Terre et de l’atmosphère à l’UQAM, a réagi par voie de courriel aux hypothétiques 45MM$ anticipés par François Legault…

“[…] Le plus gros mensonge, répété ad nauseam par tout les médias, sans que jamais personne ne remette les pendules à l’heure, c’est bien de répéter encore une fois qu’il y a $45 000 000 000 de profits à Anticosti!

C’est décourageant de voir ce mensonge répété si fréquemment par tant de personnes. Plus un mensonge est gros, plus il y a des gens qui tiennent à y croire […]”

Pour bien comprendre la position du Dr Durand, il faut consulter:

Il y a aussi ces groupes qui s’opposent aux gaz de schiste et à leur exploitation, dans Facebook:

  1. Anticosti, pétrole de roche-mère
  2. Gaz de schiste, analyses et critiques
  3. Débat scientifique, gaz de schiste
  4. Shale Gas Info (en anglais)

Il y a aussi cette excellente vidéo datant de 2011 qui montre un site de forage de Corridor Resources qui n’est surveillé par personne…

Et pour encore mieux contredire François Legault de la CAQ, l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) a publié un article intitulé “Anticosti: l’or des fous” qui va dans le même sens que le Dr Durant.

Voici un court extrait de cet article…

“Dans ce contexte de plus en plus difficile, où les majors hésitent entre décamper ou couper dans leurs investissements, il ne reste plus sur place que de juniors qui maintiennent leur rentabilité avec difficulté. Cependant, ces entreprises sont bâties sur des assises financières moins fortes que les majors et sont plus facilement sujettes aux aléas du marché financier.

Ce qui les pousse à rechercher des partenaires pour solidifier leur position. C’est exactement ce qu’a fait Pétrolia avec le gouvernement du Québec.”

Assez cinglant, merci!

François Legault avalerait probablement son latté de travers en lisant ça!

On est à des années lumières des 45MM$ pessimistes dont il parlait, le 16 mars 2014, au moment où il devait séduire l’électorat québécois. Serait-il d’accord avec tous ces intervenants? Le pari du pétrole de schiste à Anticosti en vaudrait-il toujours la peine, après avoir lu tous ces avis?

On se rend vite compte que le principe de précaution où il serait plus prudent de protéger la qualité de l’environnement sur l’île ne fait pas le poids comparé aux promesses de richesses qui pourraient, un jour, en émaner.

Difficile de blâmer les politiciens pour leur intérêt à exploiter le sous-sol d’Anticosti. Ils ont probablement une démarche en accord avec leurs valeurs mais on l’a vu plus haut, ce n’est pas tout le monde qui a les mêmes valeurs.

Ne serait-il pas temps de développer de manière importante le tourisme dans cette île pour générer des centaines de millions de dollars en retombées?

Eau pure, air pur et terre plein de vie vous attendent… ça ferait un slogan vendeur, non? Le tout accompagné par une offre de resort à volonté pour une semaine et il y aurait des dizaines de milliers de visiteurs de plus, par année, sur l’Île-d’Anticosti.

Mais de ce serait trop demander que de valoriser un de nos atouts de façon durable. Détruire l’île pour en exploiter le pétrole semble avoir la cote, auprès de nos élus (PQ, PLQ et CAQ confondus) alors ceux qui pensent différemment ont intérêt à agir vite, pour se faire entendre.

peche-sur-lariviere-a-l-huile-de-l-ile-d-anticosti

Est-ce que nous faisons le bon choix en favorisant un usage industriel lourd pour cette magnifique île située dans l’embouchure du fleuve St-Laurent?

Voilà le genre de question à laquelle François Legault a déjà répondu car pour lui, c’est un choix qui fait du sens, au plan économique mais vous, en tant que personne qui n’irez probablement jamais sur cette île mais qui devez assumer les terribles conséquences financières de la dette, via vos impôts, taxes et paiements de frais… est-ce que vous êtes d’accord avec l’avenir pétrolier pressenti à Anticosti?

C’est maintenant qu’il faut se poser des questions et chercher des réponses pour éviter de devoir vivre avec des lendemains plutôt inconvenants, si nous devions faire des choix pour l’argent.

De l’eau douce, pure et cristalline à l’infini ou quelques milliards de plus dans le budget du gouvernement? Vous choisissez quoi?