Accueil Au quotidien Démocratie et politique Discrimination implicite contre les “hommes blancs en santé”

Discrimination implicite contre les “hommes blancs en santé”

199

Le visage du Québec prend des couleurs à l’heure où la mondialisation facilite les migrations et nous permet de mieux comprendre les autres cultures.

Il y a donc lieu de célébrer cette mosaïque sociale diversifiée -mais- si vous êtes un “homme blanc en santé” qui recherche un nouvel emploi, vous pourriez être le grand perdant de cette “ouverture” tous azimuts.

Dans la fonction publique ou les très grandes entreprises, là où l’on retrouve les “meilleurs emplois”, voici le genre de questions auxquelles vous serez confronté, avant ou durant l’entrevue…

  1. Autochtones: Compte tenu de la définition dans la fenêtre d’information, êtes-vous un ou une autochtone?
  2. Personnes handicapées: Compte tenu de la définition dans la fenêtre d’information, êtes-vous une personne handicapée?
  3. Minorités visibles: Compte tenu de la définition dans la fenêtre d’information, faites-vous partie d’une minorité visible?
  4. Minorités ethniques: Compte tenu de la définition dans la fenêtre d’information, faites-vous partie d’une minorité ethnique?
  5. Sexe? (les choix de réponse sont “Homme” ou “Femme”)

Si vous avez répondu “Non” aux 4 premières questions et “Homme” à la 5e, vos perspectives d’emploi ne sont pas très bonnes advenant que d’autres aspirants aient répondu “Oui” aux 4 premières questions et / ou “Femme” à la 5e — c’est avantageux pour presque tout le monde sauf pour un “homme blanc en santé”… qui a le malheur de se chercher un “bon emploi”.

Pour ceux que ça intéresse, la saisie d’écran présentée ci-haut provient du site d’emploi de Desjardins, propulsé par Taleo. Ceci dit, les variantes de “programmes d’accès à l’égalité en emploi” sont légion, au Québec. Il ne s’agit donc que d’un seul exemple parmi des milliers.

Un “homme blanc en santé” a-t-il raison de s’insurger contre ce favoritisme à sens unique?

Dans la mesure où les choix se font derrière un lourd voile opaque du département de “ressources humaines”, c’est difficile de savoir si les employeurs discriment négativement contre les “hommes blancs en santé”, sur une base régulière.

Mais bon, ces questions sur la “diversité” sont posées pour une raison et il faut croire qu’en fin de compte, le grand perdant de la diversité en emploi n’est nul autre que celui qui n’est, selon les critères exposés ci-haut, pas admissible aux largesses de cette montée de la “diversité”.

Compte tenu de ce courant de fond, dans le domaine de l’emploi, les hommes Québécois blancs et en santé on bien raison de redouter l’arrivée de 10k immigrants supplémentaires à chaque année, comme l’a annoncé la ministre libérale sortante Yolande James, se faisant l’écho du souhait de son chef, Jean Charest.

Il faut dire que c’est noble de vouloir aider “la veuve et l’orphelin” mais là, le glissement vers la diversité semble en voie de déposséder un nombre inquiétant d’hommes blancs et en santé des meilleurs emplois pour les donner, sur un plateau d’argent, à des candidats qui bénéficient d’un “préjugé positif” presqu’insurmontable.

Si l’on ajoute l’obligation, chez de nombreux employeurs, d’atteindre des “quotas de diversité”, on comprend vite que la diversité peut devenir davantage un problème pernicieux de société qu’une véritable solution à des embauches qui, en temps normal, devraient valoriser les qualifications, le talent et les habiletés pour occuper un poste donné.

Dans un monde où nos concurrents embauchent systématiquement “les meilleurs candidats” et non pas simplement ceux qui entrent par la proverbiale “porte d’entrée dorée de la diversité”, le Québec pourrait être en train de scier la belle branche sur laquelle il trône, en ce moment…

Tags: diversité, emplois, postulants, aspirants, candidats, travailleurs, hommes, femmes, autochtones, handicapés, minorités visibles, immigrants, politique, québec, inégalités sociales

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il-vous-plaît, entrez votre nom ici

felis neque. dolor. felis ipsum amet, Donec mattis elit. mi, consectetur quis