Voilà une proposition qui serait à l’étude au cabinet ministériel de Carlos Leitao, actuel ministre des Finances dans le gouvernement libéral majoritaire de Philippe Couillard.

C’est le genre de proposition qui a le potentiel de modifier notre relation avec la consommation courante.

De quoi s’agit-il exactement?

Et bien, Carlos Leitao, a dévoilé son intention d’augmenter la TVQ à 11% (au lieu de 9,75%, en ce moment) et d’amorcer très rapidement une baisse des impôts. Il parle de réduire les impôts des particuliers de 4 milliards et ceux des entreprises d’un milliard.

carlos-leitao-ministre-des-finances-du-quebec

Il a fait cette déclaration en début de commission parlementaire sur les suites à donner au rapport Godbout sur la fiscalité québécoise. Ce groupe d’experts avait proposé, en mars dernier, que la taxe de vente du Québec grimpe à 11%. 

Combinée à la TPS, le montant total des taxes atteindrait ainsi 16%. En contrepartie, la commission suggère de réduire les impôts mais ça pourrait avoir un effet négatif chez les plus pauvres de notre société qui verront le coût d’acquisition de plusieurs produits ou services augmenter, sans qu’ils ne reçoivent de compensation pour les aider à faire face à cette hausse.

Êtes-vous d’accord avec ce projet du ministre Leitao? Croyez-vous que le contribuable serait gagnant avec cette nouvelle formule? Voilà des questions qu’il faut se poser maintenant parce que Carlos Leitao semble déterminé à changer les règles de taxation et d’imposition pour garnir les coffres de l’État québécois.

Oui, disons-le, cette opération ne sera pas à coût nul pour le contribuable. Il s’agira d’une opération pour enrichir le gouvernement.

Il y a du bon à enrichir notre gouvernement québécois mais en même temps, au beau milieu d’une période d’austérité économique, on peut se demander si c’est le bon temps pour venir fouiller dans les poches passablement dégarnies de plusieurs citoyens du Québec.

Si cette proposition est adoptée, ce sera un magnifique cadeau pour les entreprises qui ont des activités au Québec tout en étant basées ailleurs puisque de toute manière, elles n’achètent pas tant que ça, ici. Alors une hausse de la TVQ ne les affecterait pas autant qu’un Québécois qui, lui, se fait taxer de manière plus importante, à chaque nouvel achat.

Cette idée pourrait aussi se transformer, quitte à avaliser la hausse de la TVQ sans jamais baisser l’impôt. Ou le faire bien plus tard.

Comme l’idée est d’enrichir le gouvernement, une hausse de taxe est le principal attrait financier à pousser cet agenda. La baisse des impôts semble accessoire, dans cette proposition.  À tous le moins, on peut penser que ce ne serait pas un automatisme.

Est-ce qu’une telle mesure relancerait l’économie? Peut-être grâce à la baisse des impôts, éventuellement mais certainement pas avec la hausse de la taxe qui réduirait encore plus la marge de manœuvre financière de millions de ménages de la province.

Pire, ça ne donnerait pas le goût aux touristes de venir ici sachant qu’on vient d’augmenter les taxes qui vont inévitablement augmenter le coût de leur séjour, au Québec.

En fait, en montant le niveau de taxes, il y a la possibilité que ça fonctionne en affectant peu (ou pas) la consommation mais il y a aussi le danger de trop les monter et risquer un refroidissement visible de la consommation et là, c’est l’économie au grand complet qui pourrait pâtir.

Il y a déjà des taxes sur tout (ou presque) et la TVQ, étant une taxe sur la taxe (la TPS, en l’occurence), aurait un effet synergique malsain pour la consommation mais certains Québécois sont encore “capables d’en prendre” et ils continueraient probablement à consommer sans égard à cette hausse.

Reste à voir ce que le gouvernement de Philippe Couillard fera avec cette idée et surtout, quel sera sont agenda pour l’implémenter.