Connaissez-vous Tom?

Si l’on se fie à une publicité payée par le gouvernement de Pennsylvanie, Tom serait un citoyen qui aurait omis de payer ses impôts à l’État. Ses arrérages s’élèveraient à exactement 4,212$US et s’il veut éviter les pénalités et la moitié des intérêts qui s’ajoutent à ce montant, il doit —d’ici le 18 juin 2010— payer en ligne!

En fait, voici le vidéo que le Département du revenu de la Pennsylvanie a préparé, pour Tom:

Si vous avez eu des frissons dans le dos en visionnant ce vidéo, vous n’êtes pas seuls.

En fait, on se doute que Tom sera tellement terrorisé, par son propre gouvernement, qu’il ira rapidement payer ses arrérages d’impôts (en anglais: “taxes”) afin d’éviter les conséquences d’un non-paiement.

Ce message passe, en ce moment-même, à toutes les grandes chaînes de télévision de l’État de Pennsylvanie. Le style “Big Brother” de l’annonce ne laisse personne indifférent et pour de nombreux citoyens excédés par le vampirisme fiscal de l’État (de Pennsylvanie… et les autres, aussi), c’est une véritable déclaration de guerre.

Évidemment, il n’est pas question de faire peur à Tom mais bien à tous les “Tom” qui cumulent des arrérages d’impôt.

L’annonce aurait probablement fait encore plus de vague si, au lieu de “Tom”, un prénom masculin associé à un homme “à l’aise”, financièrement, le gouvernement de Pennsylvanie avait utilisé “Mary”, “Cindy” ou “Jennifer”, des prénoms féminins communs qui, dans l’imaginaire collectifs, ne vont pas nécessairement de paire avec une situation financière aussi enviable que celle de “Tom” qu’on dépeint comme un homme ayant une belle voiture et une belle maison — comme si c’était criminel d’avoir ça en même temps qu’un arrérage est dû au gouvernement.

La manière dont cette annonce est présentée fait écho aux méthodes employées par la mafia. Vous connaissez la méthode. Une bande de vaux-riens s’amènent et menacent d’honnêtes citoyens et exigent d’être payés, sur une base régulière, pour qu’ils s’évitent des ennuis. Et bien, c’est ce que fait le gouvernement de la Pennsylvanie avec ceux qui lui doivent des arrérages d’impôt.

Cette approche de confrontation avec les citoyens n’a pas sa place, dans un gouvernement.

Pouvez-vous imaginer, un seul instant, le gouvernement du Québec passer une telle annonce? Le nom changerait peut-être pour “Sylvain” mais le reste du message s’appliquerait autant ici qu’en Pennsylvanie.

C’est à peu près certain que cette annonce a été diffusée pour tester la mollesse intellectuelle des gens — pour voir s’ils ont encore assez de facultés intellectuelles pour comprendre qu’il s’agit d’une attaque directe contre leurs droits constitutionnels (aux États-Unis). Pour l’heure, les “grands médias” ne parlent pas de cette annonce et c’est un signe clair que le nouvel ordre mondial se prépare à lancer des campagnes d’amnistie pour les “payeurs en retard” dans tout le pays.

Assurément, il existe d’authentiques “mauvais payeurs”, pour les impôts et tout le reste. Ces individus, déjà connus des autorités, peuvent être facilement retracés, au besoin. Le problème, c’est que cette annonce s’adresse à tout le monde et donne à penser qu’en ne payant pas ses arrérages d’impôts, il peut arriver des choses très graves… comme si l’argent était dû à une quelconque mafia.

Si vous trouvez ça “cool” de voir les “Tom” se faire persécuter par le Département du revenu de l’État de Pennsylvanie, dites-vous bien que tout le monde —suite à un revers de fortune— peut devenir un “Tom”, demain matin. Et là, tous ceux qui n’osaient pas se rebeller contre la montée de l’État policier la trouveront beaucoup moins drôle.

Il n’y a rien d’anodin dans ce vidéo et il ne faudrait pas pas penser qu’il n’y a que nos voisins de la Pennsylvanie qui sont visés…

Tags: tom, taxation, impôts en pennsylvanie, gouvernement de pennsylvanie, mafia gouvernementale, pennsylvanie, tyrannie, huffington post, pittsburgh, philadelphie, état de la pennsylvanie, gouvernement, département du revenu, état policier, nouvel ordre mondial

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il-vous-plaît, entrez votre nom ici