Nous savions que le capitalisme barbare, mal balisé et hors de contrôle, était une option perdante. Ceci dit, dans nos pires cauchemars, nous n’avions pas imaginé de quelle façon l’ère des catastrophes se produirait.

Nous étions mollement sensibilisés aux dangers potentiels du nucléaire, de HAARP, des tsunamis d’origine militaire, du méthane explosif dans le Golfe du Mexique et des inondations, des sécheresses et des tremblements de terre capables de dévaster des pays entiers, comme on l’a vu au Japon.

Ce qui se produit, en ce moment, au Japon pourrait arriver ailleurs, à tout moment.

Savons-nous seulement que le désastre nucléaire de Tchernobyl continue, à ce jour, de nous coûter au moins un millions de “vies infectées” par les retombées radioactives? Les médias n’en parlent plus mais la radioactivité continue son action mortelle et ce, depuis le 26 avril 1986, il y a de cela environ 25 ans.

Et que dire des victimes de l’OTAN qui mènent des guerres sanglantes dans le Moyen-Orient et en Afrique du Nord? Avec plus d’un million de victimes, dont des dizaines de milliers d’enfants, qualifiés par les “forces d’invasion” de “dommages collatéraux”, peut-on véritablement parler d’un mouvement pour la paix?

Les oiseaux, les poissons, les abeilles, les vaches et les porcs meurent comme des mouches… qu’est-ce qui nous attend, après ça?

En ce moment, à part de trop rares exceptions, ceux qui se disent être les “plus grands défenseurs” des droits humains sont des criminels de guerre profitant de l’insouciance des masses pour continuer à semer la terreur, la misère et la mort partout où ils passent.

La désinformation officielle ou “propagande officielle” sera mortelle pour des millions de gens, au cours des dix (10) prochaines années. Des incidents nucléaires plus nombreux mais toujours aussi dévastateurs continueront d’empoisonner des populations entières pendant que les cosmocrates rivaliseront d’ingéniosité pour convaincre les “paysans” qu’au fond, les radiations ne nous font pas de mal et même, qu’elles sont bonnes pour nous!

Et des millions de gens qui n’ont pas appris à cultiver la pensée critique croiront ça. Il y croiront autant qu’ils croient que les OGM, l’aspartame et la fluoration de l’eau ne posent pas de dangers.

Le capitalisme sauvage a maintenant pris une telle ampleur que ses tenants, les cosmocrates, n’acceptent plus la critique. Que ce soient nos gouvernements qui décident tout en secret, qui refusent de répondre aux questions des médias, les G8 ou le G20 qui ne laissent RIEN filtrer de leurs échanges ou le passage à des structures décisionnelles internationales, où les pays et leurs citoyens n’ont plus de contrôle, c’est clair que “le système ne travaille plus pour les citoyens”. Pire, l’actuel système mondial, longtemps dominé par le dollar américain, est en train de s’effondrer, sous nos yeux. Tout ce qui est incapable de supporter un certain “stress négationniste” est en agonie.

Peu de gens ont pris acte de l’ampleur de ce tsunami cosmique.

Plus vite nous identifierons la menace qui nous guette, plus nous pourrons nous mobiliser pour la stopper. Les cosmocrates font appel à leur intelligence avec d’avoir recours aux armes psychologiques, judiciaires, économiques, sociales et militaires. Il nous faut agir avec la même discipline et planifier notre prise de contrôle de notre coin du monde pour empêcher que la noirceur et les ombres ne viennent ici, au Québec, pour nous faire du mal.

Au Québec, comme au Japon, nous devons faire triompher la lumière. Deux lieux, deux réalités et pourtant, un seul combat.

Puisque de nombreux cosmocrates nous livrent une guerre sans merci et qu’ils ont commencé à utiliser des catastrophes en apparence naturelles, contre nous, il serait important de cesser de jouer à la brebis pour se transformer en lions afin que nous puissions repousser cette menace, une fois pour toutes.

Nous tenons notre destin entre nos mains. Il nous appartient de se lever et de dire non à la tyrannie.