Alors que les patrouilleurs de la police de Lévis prétendent agir pour la sécurité des citoyens, en profitant des zones de “trappes à tickets” pour s’enrichir, ils prouvent qu’ils ne font principalement leur travail que pour l’argent… beaucoup d’argent.

Les automobilistes qui circulent à Lévis voient souvent les policiers aux mêmes endroits, aux mêmes heures. Il n’y a pas vraiment de volonté de varier ces lieux de surveillance ou les heures où ils le font parce que le but est de pincer les automobilistes dans des zones grises où la vitesse n’est pas clairement comprise ou indiquée.

Par exemple, à Charny, sur la rue des Perce-Neige, il y a deux vitesses. 30 km/h lorsqu’on tourne depuis le boulevard du Centre-Hospitalier (là où il y a l’hôpital Paul-Gilbert) et dès qu’on traverse l’avenue des Belles-Amours, ça monte —comme par magie— à 50 km/h et ce, jusqu’à l’avenue des Générations.

C’est à en perdre son latin!

Et la signalisation qui annonce que le premier segment de la rue des Perce-Neige est à 30 km/h? Elle est là mais placée de sorte qu’il est difficile de la voir, en raison de l’angle pris pour tourner sur cette rue. Enfin bref, c’est le scénario parfait pour une “trappe à tickets”.

Et des endroits comme ça, à Lévis, il y en a des centaines!

On comprend pourquoi la police de Lévis a fait décorer ses auto-patrouilles récemment… ils l’ont fait en vampirisant les automobilistes grâce à leurs “trappes à ticket” soigneusement conçues, avec la complicité de la ville de Lévis qui a multiplié les vitesses, sur une même artère sans clairement en expliquer les variations, aux automobilistes.

Les automobilistes ont-ils raison de se plaindre de l’appétit vorace des policiers de Lévis? Bien sûr que oui! En mettant l’essentiel de leurs efforts à vider les poches des automobilistes pour des contraventions ultra-payantes, ils prouvent qu’ils ne sont, essentiellement, que des “donneux de tickets” qui au fond, s’en balancent d’arrêter les bandits qui font de réels délits.

Au fond, pourquoi une police risquerait-elle sa vie à poursuivre un bandit alors qu’elle peut s’en prendre, sur une base quotidienne, à des automobilistes qui ne présentent aucun danger? Les policiers de Lévis sont trop heureux de ramener leurs QUOTAS de contraventions et ainsi éviter les rencontres désagréables avec leurs supérieurs.

Un police qui s’attaque aux citoyens qu’elle doit, en principe, protéger est une police qui n’a pas sa place, à Lévis.

Une contravention à la fois, la police s’enrichit et l’automobiliste s’appauvrit.

La sécurité routière a-t-elle été améliorée?

Absolument pas, ou très peu.

Il y a autant d’accidents à Lévis, bon an, mal an. Les fleuves de contraventions émises, principalement via les “trappes à tickets” de Lévis n’ont pour seul but que d’enrichir la police municipale, aux dépens des automobilistes qui, pour gagner leur vie, doivent utiliser leur véhicule.

En clair, la police frappe ceux qui paient déjà de lourds impôts et des taxes excessives. Comme si le manège du viol financier des citoyens actifs n’avait plus de fin.

Aucun danger que les abonnés au bien-être social reçoivent un ticket, ils n’ont pas d’automobile… et lorsqu’ils se déplacent, ils utilisent le transport en commun qui est massivement subventionné par ces même automobilistes qui sont la cible privilégiée des patrouilleurs de la police de Lévis.

Moyen racket d’extorsion, de la part des patrouilleurs qui se cachent derrière d’autres véhicules et qui frappent aux heures où les parents doivent amener les enfants à l’école… les policiers de Lévis préfèrent s’en prendre aux parents des jeunes familles parce que ceux-ci n’ont pas le temps de se défendre, devant un juge. Ils paient et les policiers se vautrent dans les flots d’argent qui les enrichissent, unilatéralement.

Au diable les budgets serrés des jeunes familles, les policiers de Lévis ont faim!

Oubliez les avis courtois où les règles de la sécurité routière sont rappelés à un automobiliste qui aurait pu ne pas voir une signalisation, en particulier. Le but étant d FAIRE MAL aux automobilistes qui circulent à Lévis, une contravention après l’autre.

Qui est coupable de cette attaque frontale contre les automobilistes?

D’abord les élus qui ont INTENTIONNELLEMENT abaissé les vitesses dans nos rues pour MAXIMISER le prix des contraventions émises par les patrouilleurs, augmentant ainsi leur quote-part de chaque “ticket” émis. Vraiment pervers, comme tactique.

Ensuite, les chefs de la police de Lévis qui “suggèrent fortement” des QUOTAS À ATTEINDRE par chaque patrouilleur et gare à ceux qui n’atteindraient pas ceux-ci. C’est l’approche malsaine du “marche ou crève” contre chaque patrouilleur qui voudrait réellement protéger les citoyens et se consacrer à combattre les VRAIS CRIMES, à la place. Les chefs de la police de Lévis ont raison de se cacher et d’éviter les médias lorsque des questions “chaudes” leurs sont posées.

Et finalement, les patrouilleurs, des “chiens entraînés” à mordre les citoyens, à coups de contraventions. Qu’importe le prix à payer pour les automobilistes déjà éhontément surtaxés, le but est simple, enrichir le boss et au diable les conséquences pour les jeunes pères et mères de famille qui n’ont pas les moyens de payer des sommes totalement exagérées pour des infractions tellement mineures qu’elles n’auraient eu AUCUN IMPACT si un policier n’avait pas été là pour s’enrichir sur une BANALITÉ ROUTIÈRE.

Où est l’intérêt du citoyen dans cette attaque contre les automobilistes? Il n’y en a pas. La sécurité n’a PAS été améliorée et les citoyens se sont fait VIDER LES POCHES par la police. Wow! Tout un exploit. Bravo à la police de Lévis qui choisit, quotidiennement, de s’attaquer à ses citoyens plutôt que de s’intéresser aux VRAIS BANDITS qui font de VRAIS CRIMES.

Sécurité routière? Moins œil! Que de l’exploitation des “trappes à tickets” contre des citoyens qui font attention de suivre les lois, autant qu’ils le peuvent.

Honte à la police de Lévis qui, même après la publication de cet article, va continuer à détrousser les automobilistes qui utilisent leur automobile pour gagner leur vie.